L'application qui révolutionne la préparation aux entretiens de recrutement

Se préparer aux questions complémentaires

Préparer les réponses aux questions complémentaires: ces questions peuvent être de 3 ordres :

  1. Quel salaire souhaitez-vous ? Il est important d’avoir préparé une réponse adaptée au marché et à vos souhaits. Vous pouvez donner une fourchette, mais vous risquez de vous voir attribuer une rémunération calée sur le bas de la fourchette. Renseignez-vous aussi sur les modes de rémunération de votre secteur : Fixe, variable, commissions, intéressement, participation.
     
  2. Votre mobilité ? France, Europe, International
     
  3. Avez-vous d’autres pistes ? Si oui, lesquelles ? Qu’est-ce qui prévaudra dans vos choix ? Vous pouvez être authentique en répondant que vous avez plusieurs autres pistes si c’est le cas. Mais vous n’êtes pas obligé de dire dans quelles entreprises. Quant à vos critères de choix soyez clair aussi et si c’est le salaire que vous mettez en avant dites-le, cela peut induire la proposition qui vous sera faite.
  • Accueillir les questions déstabilisantes: ce sont la plupart du temps des questions assez personnelles concernant votre posture, votre accent, votre élocution, votre jeunesse ou vos loisirs. Accueillez la question, observez un silence, respirez. Vous pouvez donner une explication claire ou une réponse un peu astucieuse que vous aurez préparée à l’avance. Attention cependant à l’humour, il est à manier avec doigté. Vous pouvez aussi répondre que vous êtes pris au dépourvu et que vous ne savez que dire. Restez modeste, mais montrez que vous ne vous laissez pas déstabiliser.
     
  • Connaître les questions interdites en France: il s’agit des questions interdites par le code du travail ou le code pénal, car elles sont discriminatoires. Elles concernent l’âge, le sexe, la situation matrimoniale, l’état de santé, les opinions politiques, l’appartenance syndicale et les croyances religieuses. Si la question est sans importance pour vous, comme l’âge, par exemple, vous pouvez y répondre. Si ce n’est pas le cas vous pouvez dire : « Autorisez-moi à ne pas répondre à cette question »