L'application qui révolutionne la préparation aux entretiens de recrutement

Mieux communiquer

  • Respecter les temps de parole impartis : un des travers des entretiens consiste à parler et ne plus s'arrêter. C'est souvent l'effet du stress. Parler est une sorte de libération pour le candidat qui se jette dans l'arène et ne sait plus en sortir Laissez des silences (quelques secondes) et n’hésitez pas si on vous demande de vous présenter de demander de combien de temps vous disposez.
     
  • Ne pas interrompre ou couper la parole : c'est une règle d'or. On ne coupe jamais la parole à son interlocuteur. En interrompant le recruteur, vous l'empêchez de dire ce qu'il a à dire. Il va éprouver de la frustration puis de l'agacement et il y a fort à parier que vous soyez tout simplement disqualifié.
     
  • Faire des phrases simples : plus vous faites des phrases simples et courtes, mieux vous serez compris. Il ne sert à rien de vouloir compliquer inutilement ce que vous avez à dire. Cherchez l'efficacité et la sobriété. Vous serez plus impactant et votre message aura plus de chance de passer.
     
  • Ne pas parler trop vite : c'est souvent ce qui arrive avec le stress. Le débit de parole augmente, parfois fortement. Outre le fait que cela révèle votre inconfort, votre interlocuteur risque de ne plus vous comprendre. Parler calmement rassure et donne le sentiment de quelqu'un de posé et sûr de lui. Et c'est tellement important que les politiques, eux aussi stressés face aux caméras, s'entraînent à parler calmement.
     
  • Articuler : Non seulement il faut parler calmement, mais il faut articuler. Veillez à parler suffisamment fort pour que votre interlocuteur vous entende (il peut arriver que vous soyez reçu dans une salle de réunion avec une grande table). A défaut, vous ne serez ni entendu, ni compris.
     
  • Ne pas parler négativement de vos anciens employeurs : cela donne une très mauvaise image, non pas d'eux… mais de vous. Le réflexe de votre interlocuteur, en entendant un candidat parler négativement de son ou de  ses employeurs, sera de se dire qu'il sera le prochain sur la liste. Et n'oubliez pas que ledit employeur a des dizaines, des centaines, voire des milliers de salariés qui ne partagent pas nécessairement votre opinion. Soyez positifs, montrez ce que vous avez retiré de chaque expérience, même si vous l'avez mal vécue.
     
  • Donner des exemples, illustrer avec des situations vécues ou des cas concrets : un des moyens de donner du corps à votre discours, de rassurer votre interlocuteur et de le convaincre que vous ferez l'affaire est d'être concret. Illustrez vos propose de situations vécues, donnez des exemples concrets et des chiffres. Expliquez comment vous vous êtes sorti de telle ou telle situation difficile que vous avez retournée à votre avantage. Bref, rendez vivant ce que vous dites.
     
  • Poser des questions : il est indispensable de poser des questions. Mettez-vous à la place du recruteur: seriez-vous convaincu par un candidat qui ne vous aurait posé aucune question? Poser des questions est à la fois un moyen d'obtenir des informations sur le poste et de montrer votre intérêt pour ce poste. Vos questions peuvent même permettre de vous mettre en valeur en montrant votre connaissance fine du secteur, du métier ou de l'environnement dans lequel vous postulez.
     
  • Ne pas partir sans connaître la suite du processus : l'entretien n'est qu'une étape du processus de recrutement… même si c'est la dernière. En tout état de cause, il vous faut savoir quelle est la suite du processus. Ne vous contentez pas de phrases trop vagues et classiques comme "nous vous recontactons rapidement". Le "rapidement" de l'un n'est pas celui de l'autre. Demandez avec tact si cela signifie quelques jours, une semaine, deux semaines, voire trois… Et indiquez qu'à défaut de nouvelles dans ce délai, vous vous permettrez de rappeler pour en avoir quelques jours après l'expiration du délai. De même, renseignez vous pour savoir s'il est prévu que vous voyez d'autres personnes, lesquelles, leur fonction et la durée prévisible du processus: vous pouvez avoir d'autres pistes en cours et il vous faut acquérir de la visibilité sur chacun des processus afin de vous permettre de vous positionner. Cela vous permettra souvent de savoir si vous avez "bien réussi" votre entretien et si vous avez une chance d'aller au bout du processus.
     
  • Envoyer un mail après l'entretien : c'est à la fois une question de courtoisie et un excellent moyen de montrer votre intérêt pour le poste. Vous pouvez en profiter pour mettre l'accent sur tel ou tel point du poste qui vous intéresse plus particulièrement ou pour préciser un point de votre propos sur lequel vous pensez ne pas avoir été très clair. Attention toutefois à ne pas vous justifier sur tel ou tel point. Il est préférable de ne rien faire que de vouloir trop en faire ou faire trop bien.